IV Jacqueline Delpy de Saint Geyrac

Image mise en avant : signatures au bas de l’acte de naissance de Jacqueline, archives paroissiales de Saint Front.

Pour plus de détails cliquez sur les liens en bleu.

Jacqueline DELPY de SAINT GEYRAC est née le mercredi 2 mars 1746 à Périgueux – Saint-Front.  

En 1877 Léo Drouyn écrit un essai généalogique sur la famille de Puch où il signale  que Jacqueline Delpy de Saint Geyrac est   » la fille adoptive de Jean Front de Chilhaud comte de Soumensac« .

Jean Chilhaud des Fieux a épousé  Marie Benoite de Mosnier, la sœur de la mère de Jacqueline Delpy de Saint Geyrac. Il est l’héritier d’une tante, une des trois sœurs Bacalan, sous condition d’une descendance. Pour conserver l’héritage Bacalan Jean Chilhaud des Fieux, sans descendance, adopte sa nièce.

Elle se marie avec Pierre Henry DE PUCH SEIGNEUR de LA MOTTE de CAMBES (1727‑1803), écuyer, fils de Jacques FORT de PUCH de PAILHAS, CHEVALIER, SEIGNEUR de PAILHAS, LA MOTTE de CAMBES, de GENSAC (1692‑) et d’Anne  de RABAR.

Le mariage a lieu le le mercredi 13 novembre 1771 à Sainte-Eulalie-d’Eymet (24500).   C’est l’oncle de Jacqueline, François  abbé de Saint Cybar qui les unit dans la chapelle du château de Gorse  paroisse de Sainte Eulalie de Puyguilhem devenue Commune de Sainte Eulalie d’Eymet. Il y a un contrat de mariage passé le 12 novembre 1771 devant Maitre Boissière.

Acte de mariage cliquez sur le lien bleu pour y accéder

Transcription de l’acte de mariage cliquez sur le lien bleu pour y accéder.

En mars 1789 Pierre Henry De Puch comte de Soumensac figura à l’Assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de l’Agenais, puis il ne siégea plus et fut remplacé par François de Cours seigneur de Malromé.

La famille De Puch

(Du Püs, de Püs, du Puch, Depuch, Dupuch)

Par commodité on gardera  De Puch

C’est une des plus anciennes familles de la Province de Guyenne. De nombreuses maisons nobles lui ont appartenu depuis le XIIIème et elle a  participé à de nombreux évènements .Elle a tissé des alliances par ses mariages, avec une bonne partie de la noblesse.

Jacqueline épouse Pierre Henry De Puch qui est un des derniers membres de la famille historique. Il serait  le chef de la branche De Puch de Gorse. Son mariage avec Jacqueline lui permettra d’ajouter de Gorse et comte de Soumensac grâce à l’adoption de sa femme.

Pierre Henry De Puch, comte de Soumensac, écuyer seigneur de Pailhas, co-seigneur de la maison noble de Barrau, la Motte de Cambes, la Tour de Fargues, la Loubenne,  chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint Louis, fut capitaine au régiment royal de cavalerie.

Il est né le 17 septembre 1727 à Massugas (diocèse de Bazas) et a eu pour parrain Pierre Rabar écuyer et pour marraine Henriette Judith De Puch. Il est décédé le 8 floréal an XI ( 28 avril 1803) au château de Gorce. Son acte de décès nous indique qu’il est militaire âgé de 77 ans.

Jacqueline et la Révolution ou le vent de la guillotine

A la Révolution l’hôtel particulier de Périgueux sera confisqué et vendu par la nation le 9 messidor an II (27 juin 1794)  à Antoine Germillac, officier de santé (comme Léonard Gaillard Lacombe qui acheta le château en 1813)

La prison à Bordeaux

Est-ce pour cette raison que  Jacqueline, son mari et leur fille furent accusés de « fanatisme » et arrêtés sur ordre du Comité de Sainte Foy ? Le régime de la terreur instauré par Robespierre est bien installé depuis 1793.

Avaient ils manifesté leur réprobation à cet acte de vente  avec trop de force et sans se méfier des conséquences ? Furent ils dénoncés par des « Sans-culotte » au Comité de Bergerac  qui transmit à Sainte Foy la Grande ?

Ils furent transférés à Bordeaux et écroués aux Orphelines le 10 thermidor an II (25 juillet 1794)

La fin de la Terreur leur sera profitable et ils seront remis en liberté le 26 frimaire an III (16 décembre 1794) par ordre du conventionnel Pardoux Bordas.

le 28 juillet 1794  chute de Robespierre. Nous sommes sous la législature de la Convention. Pardoux Bordas est député  et il en est le secrétaire depuis le 29 juin, particulièrement actif sur les questions des finances et des biens des émigrés. Un décret du 19 novembre  de la même année l’envoya en mission  en Charente en Gironde et en Dordogne. Il quitta Paris le 21 novembre 1794 et rentra le 26 mars 1795. En Gironde et en Dordogne il réorganisa les tribunaux.

Il n’y a pas eu de procès comme pour Joseph Lacoste-Lagélie qui comparut pour avoir tenu des propos contre-révolutionnaires le 15 vendémiaire an III .Accusé à tort le Tribunal l’acquitte et lui rend sa liberté . Jugement du premier ventôse an II  découvert dans «  la gazette des nouveaux tribunaux de janvier à mai 1795, tome XII, section tribunal révolutionnaire ». Joseph Lacoste-Lagélie sera  le Maire de Saint Félix de Reilhac.

Pas de trace d’un procès pour Jacqueline et sa famille.           

On imagine leur détention, leurs craintes …..quand on sait que 6 députés sur 12  de la Gironde seront exécutés : 5 le 31 octobre 1793, 1 le 21 décembre de la même année (les députés guillotinés n’ont pas été remplacés).

 Pardoux Bordas Franc-Maçon actif est peut-être intervenu en mémoire du père de Jacqueline ?

Le conventionnel Pardoux Bordas cliquez sur ce lien bleu pour accéder au texte

Elle aura à gérer la succession de son père †1792

Tribunal de première instance de Périgueux

Le 18 ventôse an X (9 mars 1802) désignation de Jean Elie Albucher Laguerie habitant de La Douze pour estimer les biens. Le 21 ventôse an X (12 mars 1802) estimation des biens.

Après de sérieux démêlés avec sa fille elle vendra le château en 1813. Jacqueline Delpy de Saint Geyrac veuve Dupuch est décédée en 1827, à l’âge de 80 ans.

Leurs enfants sont tous née au Château de Gorce

        1) Guillaume Jean Anne Jeanne (Antoine) DE PUCH

Il est né le 27 août 1772 à Sainte-Eulalie-d’Eymet (Dordogne).

Le père est noté : ancien capitaine au régiment royal de cavalerie, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint Louis.

parrain : messire Guillaume Delpy, chevalier, seigneur de Saint Geyrac représenté par Jean de Chilhaud comte de Soumensac, ancien Conseiller au parlement de Bordeaux
marraine : Dame Anne de Rabar représentée par  Jeanne  Talbot de Puch 

Il se marie avec une demoiselle de MAGARDAN.

        2) Jacques Alexandre DE PUCH de GENSAC, auteur de la BRANCHE AINÉE

        3) Marie Hélène Françoise Elisabet Marthe ou Marie Thérèse Marthe DE PUCH qui suit

     4) Victor César DE PUCH de GORSE, auteur de la BRANCHE CADETTE

2 réflexions sur “IV Jacqueline Delpy de Saint Geyrac

  1. Ping : Delpy de Saint Geyrac – Saint-Geyrac en Périgord !

  2. Ping : La période révolutionnaire à Saint Geyrac – Saint-Geyrac en Périgord !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s