1886- 1890 Mr Peyrot et Melle Peyrot

Liste de dénombrement de la population de 1886

  • Peyrot Emile Aubin, 45 ans, instituteur, chef de ménage, né à Excideuil
  • Carves Justine, 44ans, sans profession, son épouse, née à Laroque Gageac
  • Peyrot Marie Antoinette, 22 ans, institutrice, Célibataire, leur fille, née à à Laroque Gageac
  • Peyrot Jeanne Elisabeth, 20 ans, sans profession, célibataire, leur fille, née à Laroque Gageac
  • Peyrot Antoinette Hermine, 17 ans, sans profession, célibataire, leur fille, née à St Antoine de Frugie
  • Peyrot Lucien Emile Aubin, 12 ans, leur fils, né à St Antoine de Frugie
  • Peyrot Jean Alexis, 8 ans, leur fils, né à Saint Antoine de Frugie

Le dossier professionnel de Marie Antoinette Peyrot se trouve aux Archives de la Dordogne.

 On y lit qu’elle est nommée à Saint-Geyrac le 01 02 1886.

L’Etat-civil de Saint Geyrac indique qu’elle épouse Louis Pauly le 24 10 1889. Sur cet acte, Antoinette est portée institutrice primaire  et Louis Pauly est le fils de Jean Pauly et de Jeanne Chartroule.

 Louis est «voyageur de commerce» nous dit-on. Une lettre de son patron en date du 20 novembre 1889 nous indique que son employeur est Jules Honoré Secrestat. Jules Honoré Secrestat est  le propriétaire du château de Lardimalie à Saint Pierre de Chignac depuis 1875. Dès 1851, il a fait fortune dans les vins et spiritueux à Bordeaux. Il est l’inventeur du célèbre bitter Secrestat, l’apéritif dont l’Amérique raffole.

Comme l’appartement de fonction de St Geyrac ne permet pas l’installation de deux ménages, Antoinette demande un poste à St Crépin et l’obtient 16 12 1889 grâce à l’intervention du patron de son mari. 

Elle est nommée « en remplacement de Mr Malange comme suppléante de 3ème classe ». Sur sa nomination elle est dite «chargée de la direction de l’école». Elle sera secrétaire de mairie et son mari Conseiller Municipal .

Le registre des nourrices de la Commune fait état d’une Yvonne Marie Emilienne Pauly fille de Louis et Marie Antoinette, née à Saint Crépin et placée le 21 08 1902 chez Elina Bretou épouse Loubiat. Elle y restera jusqu’au 28 10 1903.

Le père souhaite quitter St Geyrac et demande  en 1889 un poste à Saint-Laurent ou Périgueux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s