Reynaud Sieur de la Vidalie

Image mise en avant : la chartreuse de la Côte en 2013 -Photo J Galinat

Avant les Reynaud

Le plus ancien document qu’on peut trouver sur la Côte date de la fin du  XIIIème siècle. On trouvera souvent La Cotte.

Vital et Denarelle 1284

Aux  Archives de la Dordogne on peut trouver un document important 2E 32, qui semble être le plus ancien que l’on possède sur la Cotte. C’est un parchemin en latin  muni de son sceau, daté du 2 septembre 1284 dont voici la traduction :

 « Géraud Vital fils de feu Pierre Vital, et Pierre Denarelle paroissiens de l’église de Saint Geyrac d’une part, et d’autre part Pierre d’Armagnac fils de feu Hélie d’Armagnac bourgeois du Puy Saint Front en son nom et celui de Bernard d’Armagnac de l’église de Milhac son oncle

Géraud et Pierre reconnaissent tenir des susdits Pierre et Bernard «un quartiet « (1/4) du dit mas La Cotte avec ses appartenances de l’église de Saint Geyrac.

 Pierre reconnait la moitié de l’autre  (1/4), paye 5 sous de monnaie et 5 sous d’acapte (1) à payer comme de coutume, 1 émine (2) d’avoine à la mesure de Périgueux ; ½ fête de Saint Etienne du mois d’août, ½ fête de Noël

Pierre paie ½  autre ¼, 6 sous et 6 deniers de cens ; ¼ d’avoine en mesure de Périgueux mêmes fêtes. 2 septembre 1284. »

  • 1 l’acapte :c’était un droit de mutation exigible lors de la mort du seigneur ou du censitaire
  • 2 émine : à l’époque médiévale, mesure de capacité en pierre, pour les grains- L’éminage est un droit seigneurial sur la vente des grains, aux halles notamment.

Pour connaître les premières familles de la Côte cliquez sur les liens ci-dessous

Lacoste Lagélie

Image mise en avant : extrait de la carte de Belleyme n° 23 secteur de La Gélie à Saint-Félix-de-Reilhac.

A la lecture de cet article, pour plus de renseignements, cliquez sur les liens en bleu.

Cette famille très ancienne était  installée à La Gélie sur la paroisse de Saint-Félix-de-Reilhac Pour la situer  aujourd’hui, c’est la chartreuse de La Gélie sur la commune de Saint-Félix-de Reilhac.

Pour Saint Félix, Ladouze et Saint Geyrac nous n’avons que des bribes d’actes paroissiaux qui commencent vers les années 1650.

Avant nous n’avons rien !

Nous ne pouvons donner que des renseignements approximatifs déduits des recherches.

Cette famille est intéressante parce que certains garçons de nos familles de notables iront y chercher leurs épouses. 

 Au début du XVII -ème siècle Pierre et Gabriel Lacoste Lagélie sont notaires à la Gélie paroisse de Saint-Félix-de-Reilhac.

« Au milieu du XVIIème siècle, un terrier 29 fait mention de La Gélie dans la paroisse de Mortemart avec seulement deux tenanciers : les Sieurs Juge et de Sallegourde, il est signalé que ce dernier est noble. Le 11 février 1695 30, dans un contrat de mariage entre Mondy Rode et Françoise Dessalles originaire de La Gélie, déposé chez Courteys notaire royal à Saint Pierre de Chignac, un des témoins est Charles de Lacoste sieur de Sallegourde.

29 : Archives départementales de la Dordogne : 2E 1834 60 terrier de la seigneurie de La Douze

30   Archives départementales de la Dordogne : 3 E 968  Courteys notaire royal »

Extrait du bulletin communal de La Douze.

 Pierre LACOSTE LAGELIE.

Il est né en 1634 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne). Il est décédé en 1675, à l’âge de 41 ans.

Louise LACOSTE LAGELIE.

Elle se marie avec Gabriel DESMAISON, de Ladouze, qui possède La Côte à Saint Geyrac.

Madeleine LACOSTE LAGELIE

Elle est la fille d’Elie souvent nommé Anthoine ou Charles, † 1728 épouse Jacques Delpy de Saint Geyrac

Pour continuer l’histoire de cette famille cliquez sur les liens en bleu ci-dessous

I Héllies Antoine Lacoste Lagélie

II Hélies Lacoste Lagélie

III Pierre Lacoste Lagélie et IV Martial Elie Lacoste Lagélie

V Joseph Lacoste Lagélie

Delpy de Saint Geyrac

Pour continuer l’histoire de cette famille cliquez sur les liens au bas de l’article.

Le nom patronymique de cette famille est DELPY

Pour distinguer les différentes branches chacun y a ajouté un nom terrien, une seigneurie…

Et nous avons

Delpy de Saint Geyrac

Delpy de la Roche

Les charges qu’ils ont occupées les ont anoblis.

                          Voici leur blason Coupé, au 1er, d’argent à cinq mouchetures d’hermine de sable posées 3 et 2   au 2ème, d’azur fretté d’argent.

C’est le 24 avril 1685 que François (Jean François) d’Abzac de la Douze vend ses possessions dans la paroisse de Saint-Geyrac à Jacques Delpy. (ADD 3E 8658)

        ▶▶▶ L’acte est passé chez un notaire de Périgueux, Maître Juglard. Jacques Delpy devient propriétaire de métairies, de près, de « tennements » dont nous reconnaissons bien les noms. Il devient également propriétaire de droits honorifiques dans l’église. Il a également tous droits de justice  et tous les autres droits seigneuriaux attachés au bourg, aux propriétés.

           

 Il fera bâtir à Monferrier un château qui sera terminé dès 1700.

Tableau représentant le château au début du XIXe   Archives S Lachèze

Guillaume Delpy de Saint Geyrac sut faire des concessions au moment de la Révolution et conserva son château qui  restera la propriété de la famille jusqu’au 6 septembre 1813.

Les Delpy de Saint Geyrac résidaient le plus souvent à Périgueux dans un bel hôtel particulier.

Ce bâtiment  occupe l’angle que fait le Greffe avec la rue de Tourville, et  donne sur le chevet de Saint Front. Un plan de 1771 levé par Vincent Leroux « architecte privilégié du roy » nous fournit, en plus du plan, le nom des propriétaires : il s’agit de « Monsieur de Saint Geyrac . »

A la Révolution cette demeure fut saisie par la nation (elle était la propriété de Jacques considéré comme exilé)  et vendue le 9 Messidor  an II (27/06/1794), à Antoine Germillac, officier de santé. Il fut Vénérable de la loge L’Anglaise de l’Amitié de 1770 à1771. Il  deviendra maire de Périgueux de 1797 à 1800.

En 1864-1865 on rectifie par des travaux la pente du Greffe et on    crée un nouvel alignement. Un  plan  effectué en 1872 montre ce nouvel alignement mais il n’y a pas la trace de ce bâtiment surmonté d’une terrasse qui va changer l’allure de la façade. C’est donc qu’il a été construit après pour aligner le bâtiment. Quelques boutiques en occuperont le rez-de-chaussée.

La famille aura droit de tombeaux dans la crypte de Saint Front.

L’Hôtel particulier des Delpy de Saint Geyrac à Périgueux

Pour continuer l’histoire de cette famille cliquez sur les liens ci-dessous.

Jacques Delpy

Charles Delpy de Saint Geyrac

Guillaume Delpy de Saint Geyrac

Jacqueline Delpy de Saint Geyrac

Marie-Thérèse De Puch

Tableau généalogique de Jacques Delpy

Tableau généalogique branche aînée

Tableau généalogique branche cadette

tableau généalogique sous-branche

Qui connaît l’identité du modèle ?

Pastel mis en avant: le bourg de Saint-Geyrac hiver 2021 (Josette Galinat)

« La petite villageoise à l’œillet rouge »
Adolfo GUIARD LARRAURI

On peut voir ce tableau au Musée de Bilbao en Espagne.

Il s’agit du portrait d’une petite paysanne avec un œillet rouge dans la bouche et un pot au lait sur la tête.

Il a été peint en 1903, en Espagne, par Adolfo GUIARD LARRAURI (1860-1916).

Quelqu’un peut-il nous renseigner sur l’identité de cette jeune-fille ?

Les personnes qui auraient des informations sur l’identité de cette jeune fille peuvent prendre contact:

  • avec notre association par mail: cis24.association@gmail.com 
  • ou téléphoner à J Galinat 05 53 35 09 81

Sarlandie de La Robertie

Image mise en avant : extrait de la carte de Belleyme n° 23 secteur de La Gélie à Saint-Félix-de-Reilhac.

Pour continuer l’histoire de cette famille cliquez sur les liens au bas de l’article.

Comme pour notre famille Gaillard Lacombe le nom de cette famille a changé au cours des enregistrements d’ actes paroissiaux et d’état-civil.

C’est à Pierre Jules Joseph Marie (1870-1914) et son frère Henri Louis (1877-1916) que nous devons  la rectification de leur nom.

Voici quelques extraits du  Supplément au registre des actes de naissances de la commune de Saint-Félix- de –Reilhac, contenant 4 feuillets cotés et paraphés par le Président du Tribunal civil de Bordeaux, pour l’année 1905.

«Sarlat le 23 décembre 1905.

……

A la requête de Monsieur Pierre Jules Joseph de la Robertie propriétaire demeurant au château de la Gélie, de Monsieur Henri Louis de la Robertie même domicile commune de S Félix et Mortemart…….

…….que le nom de Larobertie ait été indiqué en un seul mot ; que ces erreurs ou omissions ne peuvent faire perdre aux appelants le droit de réclamer leur véritable nom de famille établi par des actes nombreux qu’on doit encore nous  tenir compte de cette circonstance relevée par le jugement du tribunal de Bergerac que les Sarlandie de la Robertie n’appartenaient pas à la noblesse, n’avaient aucun titre, ne possédaient aucune terre noble et exerçaient d’après les actes produits les professions de marchand ou médecin ; que la particule empruntée à un nom de terre et servant à distinguer les membres d’une même famille ne constitue pas la noblesse et que c’est pour ce motif que la loi du 6 fructidor an XI permet de les réclamer comme noms surnoms anciens désignant les familles ; qu’il convenait de réformer le jugement du tribunal de Bergerac et de dire que le nom des appelants est SARLANDIE DE LA ROBERTIE et d’ordonner les rectifications demandées…..

Nous invitons Monsieur le Maire de ladite commune  à faire transcrire ledit arrêt sur les registres de l’état-civil de la commune et à faire mentionner les notifications ordonnées par ledit arrêt…… »

Suit la  liste des actes qui doivent porter les notifications en  mention marginale.

I Antoine SARLANDIE SIEUR de LA ROBERTIE

Docteur en médecine à Dussac.

Il est né vers 1704. Il est décédé le 7 septembre 1759 à Dussac (Dordogne), à l’âge de 55 ans.

Il est le fils légitime de Pierre SARLANDIE SIEUR de LA ROBERTIE (vers 1665‑ vers 1721), âgé de 39 ans environ, et de Marie LAGRANGE (‑1736).

Il se marie le 20 août 1742 à Eyzerac (Dordogne), avec Catherine MARTIN de LA SALLE (née vers1714‑ †vers 1805), fille de Martial MARTIN de LA SALLE SEIGNEUR DU MEYNIAUX (1685‑1755) et d’Anne BROU de LA BARTHE (1689‑1720). Antoine a 38 ans et Catherine a 28 ans.

D’où :

       1) Martial SARLANDIE ROBERTIE

Il est né en 1744. Il est décédé le même jour, à l’âge de moins d’un an.

   2) … SARLANDIE ROBERTIE

Il est né en 1745. Il est décédé le même jour.

       3) Georges SARLANDIE ROBERTIE

Il est né en 1748. Il est décédé le même jour.

       4) Bertrand LAROBERTIE qui suit dans un lien ci-dessous

       5) Marie SARLANDIE ROBERTIE

Elle est née en 1757. Elle est décédée le 10 mai 1817 à Excideuil (Dordogne), à l’âge de 60 ans

Elle se marie avec Pierre PARROT SEIGNEUR de PUYROCHE (17531842) le 19 novembre 1776 à Dussac (Dordogne). Marie a 19 ans et Pierre a 23 ans.

       6) Bernard SARLANDIE ROBERTIE

     Il se marie avec Marie AUDEBERT.

       D’où : Françoise SARLANDIE ROBERTIE.

Elle est née le 24 juillet 1786 à Bosgibeau paroisse de Dussac (Dordogne).

Elle se marie avec Eymeri LAROCHE (1786), cultivateur le 2 juin 1807 à Dussac (Dordogne). Eymerie a 21 ans et Françoise a 20 ans.

Pour continuer l’histoire de cette famille cliquez sur les liens ci-dessous

Bertrand Larobertie

Branche aînée : Pierre

Branche cadette : François Jacques

Branche Benjamine : Guillaume Prosper

Sous-branche issue de Pierre Jules

Sous-branche issue de Joseph Georges