1929-1932 Mr et Mme Lasserre

Photo mise en avant: Ecole Normale de Périgueux et ses ateliers vers 1910 (tirée du site Canopé https://www.reseau-canope.fr)

Nous n’avons pas de dossier pour aucun des époux Lasserre.

Il faudra faire avec l’état-civil et l’entretien avec son fils Jean.

Maurice  Lasserre est né à Journiac, le 5 novembre 1905, à neuf heures du matin, au lieudit du Martoulet. Son père Léonard est dit « cloûtier » âgé de 46 ans  et sa mère probablement femme au foyer, âgée de 42 ans.

Il fréquentera les écoles des environs et obtiendra son Brevet élémentaire. Il tentera avec succès le concours d’entrée à l’Ecole Normale d’Instituteurs de Périgueux, place Faidherbe. « Il obtiendra son Brevet supérieur  et sera envoyé pour son premier poste à Saint-Jory de Chalais auprès de Léonce Bourliaguet, auteur de nombreux livres encore édités. Les deux ans pendant lesquels ils ont cohabité ont fait de lui un instituteur de grande qualité » (Jean Lasserre)

Il sera ensuite en poste à Lalinde pendant deux ans.

Le dix août 1929 il épouse au Bugue Herminie Rose  Delord, elle aussi institutrice.

Herminie Delord est née au Bugue le 12 décembre 1906. Son père Pierre est meunier, sa mère Léontine Mazel est sans profession. Ils habitent au Moulin-Neuf. Elle aussi a fait ses études par ici, mais elle est partie à Mussidan où elle a passé le Brevet élémentaire et le concours d’entrée à l’Ecole Normale de jeunes filles mais pour Agen. Elle fut nommée à sa sortie à Lastreille dans le Lot et Garonne.

Leur décision de mariage nécessitait une permutation de l’un ou de l’autre. C’est Herminie qui eut l’opportunité  et le mariage eut donc lieu en août 1929 et la nomination à Saint Geyrac intervint à la rentrée suivante.

Jean Lasserre
Herminie enfant

Photos : Archives Jean et Dominique Lasserre

Ils arrivent dans une école « vétuste voire insalubre, construite depuis 1880 » me dira Jean Lasserre. En fait elle est beaucoup plus vieille …

La première classe en 1929

Le 25 avril 1930 naît un petit garçon à Moulin-neuf, mais les parents sont domiciliés à Saint Geyrac. Le couple d’Instituteurs  s’intégrera parfaitement à la population et sympathisera avec de nombreuses familles.

C’est lui qui mettra en œuvre la caisse des écoles  que le Préfet demandera à la Commune d’instaurer  dans une lettre du 31-05-1929. Pour débuter la Commune versera 20f.

C’est aussi lui qui acheta à l’Editeur Armand Colin, les cartes de géographie, puis le compendium.

Un compendium ?

C’est une armoire mais pas une simple armoire ! C’est une « châsse » qui contient   de véritables objets de culte : les poids et mesures ….le  système métrique !

« Bien plus qu’un système de mesures commode, le système métrique, c’est d’abord la rationalisation  de la communication entre régions avec l’uniformisation des poids et mesures, c’est  aussi une vision rationnelle des choses  et des hommes qui se soumettent à cette merveilleuse et facile mécanique  des zéros et le simple déplacement d’une virgule  et où tout correspond ; poids, distance, vitesses, mesures…. Il n’y a que le temps qui a su s’y soustraire ! » Edition Atlas.

  Maurice Lasserre participa avec les habitants de la Commune à l’extinction des foyers d’incendie le long de la voie ferrée Périgueux-Agen. Les locomotives à vapeur laissaient dans leur sillage des escarbilles qui allumaient des incendies de forêt qu’il fallait éteindre avec des moyens rudimentaires.

Grand chasseur de gibier à plumes il arpentait la campagne en compagnie de son chien « Flic » offert par un habitant de la commune.

On trouve la famille Lasserre sur la liste de recensement de la Commune en 1931. Il est radié de la liste électorale le 15 01 1933. Ils sont donc partis à la rentrée de 1932 vers l’école de Journiac où ils resteront jusqu’en 1961 date de la retraite.

Il deviendra Conseiller pédagogique auprès des jeunes enseignants jusqu’en 1948 puis maître enseignant agricole.

A cette époque il affirmait au sujet des pesticides : « Ce qui tue les petits maintenant tuera les grands dans 50 ans. »

Il participa à la 2eme guerre mondiale sur le front ; il partit pour l’Allemagne de septembre 1933 à juin 1940. Engagé dans la Résistance, il combattra dès 1942 auprès de Renaud Cruveiller vétérinaire au Bugue et de Jean Lafille instituteur lui aussi au Bugue. Dans son village de Journiac il installera le 6 juin 1944  à la Clavelie, Maxime Roux, « futur Préfet de la Résistance »

Le groupe constitué par Maurice Lasserre  se composait de 70 membres, hommes et femmes dont la sienne ! Le 24 juin 1944  au carrefour de Lamenuze il y eut une tragique embuscade et  cinq résistants y laissèrent leur vie.

Monument dédié aux morts de l’embuscade de Lamenuze, érigé sur les lieux du drame.

Dans ce coin du Périgord les enseignants en activité ou à la retraite se sont beaucoup impliqués. Certains d’entre eux ne retrouveront pas leur classe. Voici quelques-uns des collègues et compagnons de lutte de Maurice Lasserre  dont Jean Lasserre se souvient.

Roger Barnalier Instituteur à Paunat mort en déportation,

Sèverin Blanc Instituteur aux Eyzies déporté à Mathausen

Pierre Biratelle Instituteur à Saint Geyrac ….arrêté dans sa classe à Sainte Alvère…

Pierre Larrue Instituteur retraité de Sainte Alvère. Grand chasseur de perdrix et de bécasses, il connaissait la forêt comme sa poche ! C’est lui qui dirigera « Mireille » vers Durestal à Cendrieux pour y établir le camp de maquisards  du même nom. Il fut avec Maurice Lasserre, Pierre Biratelle et« Mireille » le principal organisateur de l’Armée  Secrète.

Jean Lafille Instituteur à Siorac en Périgord  succède au Docteur Barnalier après son arrestation.

Paul Darnige enseignant au cours complémentaire du Bugue.

Lorfeil professeur d’Anglais avec Paul Darnige.

Mr Laval directeur de l’école primaire du Bugue fut arrêté par la gestapo et transféré au fort du « Hâ » à Bordeaux où il resta jusqu’à la Libération.

Et bien d’autres encore…..

Monsieur et Madame Lasserre coulèrent une retraite bien méritée à Journiac, retraite  ponctuée par les visites de leurs enfants et de leur petite-fille.

Madame Lasserre quitta ce monde le 28 octobre 1972. Monsieur Lasserre la suivit le 7 octobre 1993.

Un message pour Dominique Lasserre ……

j’ai trouvé ceci dans le bulletin de la Société Historique et Archéologique de Périgord de 1910 à la page 39.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s