Concours photos St Geyrac: faune et flore

Photo humoristique mise en avant: « rongeur non répertorié » de Patrice Albert

Le concours photos sur la faune et la flore dans le secteur de Saint-Geyrac et alentours s’est terminé dimanche 22 mai 2022 lors de la fête de la nature, manifestation initiée par l’association Saint-Geyrac Nature. Ce concours s’est déroulé sur une année de mai 2021 à avril 2022. Ce dimanche après-midi, les lauréats du concours ont reçu leurs prix, suite aux votes d’un jury composé de 7 personnes de différentes générations et qui n’avaient par de partie prenante dans la « compétition ». Les jurés ne connaissaient pas les auteurs des photos et ne se sont pas concertés. Les photos ont été classées en 2 catégories: enfants et adultes.

Ci-dessous, la vidéo des 16 photos plébiscitées et récompensées

A la remise des prix dans la salle des fêtes de Saint-Geyrac, les représentants des 3 organisateurs du concours (Saint-Geyrac Nature, La bibliothèque Municipale et le Comité des Internautes Saintgeyracois) étaient présents, ainsi que le maire, M Fouchier et une partie du conseil municipal. A noter aussi la présence de M Druillole, l’expert qui a identifié certaines espèces photographiées.

Remise d’un prix à Damien par le maire dans la salle des fêtes – Dimanche 22 mai 2022

Ci-dessous le diaporama des 173 photos en format PDF à télécharger.

ou à visionner en format vidéo:

Vidéo des 173 photos – Cliquez sur la flèche pour démarrer.

Les photos seront ultérieurement exploitées et accompagnées de textes. Nous sommes « preneurs » de nouvelles photos pour enrichir notre bibliothèque. N’hésitez pas à nous les déposer à la bibliothèque municipale ou à nous les envoyer à l’adresse mail suivante:

cis24.association@.com

LACOSTE LAGELIE

Image mise en avant : extrait de la carte de Belleyme n° 23 secteur de La Gélie à Saint-Félix-de-Reilhac.

A la lecture de cet article, pour plus de renseignements, cliquez sur les liens en bleu.

Cette famille très ancienne était  installée à La Gélie sur la paroisse de Saint-Félix-de-Reilhac Pour la situer  aujourd’hui, c’est la chartreuse de La Gélie sur la commune de Saint-Félix-de Reilhac.

Pour Saint Félix, Ladouze et Saint Geyrac nous n’avons que des bribes d’actes paroissiaux qui commencent vers les années 1650.

Avant nous n’avons rien !

Nous ne pouvons donner que des renseignements approximatifs déduits des recherches.

Cette famille est intéressante parce que certains garçons de nos familles de notables iront y chercher leurs épouses. 

 Au début du XVII -ème siècle Pierre et Gabriel Lacoste Lagélie sont notaires à la Gélie paroisse de Saint-Félix-de-Reilhac.

« Au milieu du XVIIème siècle, un terrier 29 fait mention de La Gélie dans la paroisse de Mortemart avec seulement deux tenanciers : les Sieurs Juge et de Sallegourde, il est signalé que ce dernier est noble. Le 11 février 1695 30, dans un contrat de mariage entre Mondy Rode et Françoise Dessalles originaire de La Gélie, déposé chez Courteys notaire royal à Saint Pierre de Chignac, un des témoins est Charles de Lacoste sieur de Sallegourde.

29 : Archives départementales de la Dordogne : 2E 1834 60 terrier de la seigneurie de La Douze

30   Archives départementales de la Dordogne : 3 E 968  Courteys notaire royal »

Extrait du bulletin communal de La Douze.

 Pierre LACOSTE LAGELIE.

Il est né en 1634 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne). Il est décédé en 1675, à l’âge de 41 ans.

Louise LACOSTE LAGELIE.

Elle se marie avec Gabriel DESMAISON, de Ladouze, qui possède La Côte à Saint Geyrac.

Madeleine LACOSTE LAGELIE

Elle est la fille d’Elie souvent nommé Anthoine ou Charles, † 1728 épouse Jacques DELPY de SAINT GEYRAC

I Hellies Antoine Lacoste Lagélie Sieur de La Brande

Il est juge de Ladouze.

Il est né en 1630 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne).

Il se marie avec Galliotte ANDRIEU fille d’un marchand du Bugue.

D’où

1) Guilhomme LACOSTE LAGELIE

   2) Helies LACOSTE LAGELIE qui suit en II

3) Pierre LACOSTE LAGELIEIl est né le 20 décembre 1676 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne).

Il est le fils légitime d’Hellies Antoine, âgé de 46 ans, et de Galliotte, qui précèdent.

  4) Isabelle LACOSTE LAGELIE

Elle est née en 1679 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne).

Elle est la fille légitime d’Hellies Antoine, âgé de 49 ans, et de Galliotte, qui précèdent.

5) Jeanne LACOSTE LAGELIE

Elle est née le 21 octobre 1680 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne), à la Gélie.

Elle est la fille légitime d’Hellies Antoine, âgé de 50 ans, et de Galliotte, qui précèdent.

6) Pierre LACOSTE LAGELIE

Il est né le 5 juin 1683 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne), à la Gélie.

« Il a été baptisé le 14 juin

  • Parrain : Pierre Andrieu Sieur de… du village de Vialars paroisse de Saint …
  • Marraine : Marie Lacoste du village des Bouygeas paroisse de Rouffignac»

  7) Marie LACOSTE LAGELIE

Elle est née le 8 octobre 1686 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne), à la Gélie.

Elle est la fille légitime d’Hellies Antoine, âgé de 56 ans, et de Galliotte, qui précèdent.

8) Pierre LACOSTE LAGELIE

Il est né le 2 novembre 1689 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne), à la Gélie.

Il est le fils légitime d’Hellies Antoine, âgé de 59 ans, et de Galliotte, qui précèdent.

9) Pierre LACOSTE LAGELIE

Il est né le 2 novembre 1689 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne), à la Gélie.     

  « Baptême le 08 février de l’année suivante

  • parrain : Pierre Castain du bourg de Saint Cernin
  • marraine : Françoise Lacoste »

II Helies Lacoste Lagélie

Il est juge du marquisat de La Douze

Il est né le 3 octobre 1673 à Saint-Geyrac (Dordogne).

Petite histoire à propos du baptême d’Helies.

Les parents habitant la paroisse de Saint Félix de Reilhac, on trouve ceci

« Le 24 septembre 1673 naquit Hellies Lacoste fils naturel et légitime de Messire   Anthoine Lacoste juge du marquisat de La Douze et de Galliotte Andrieu et a été baptisé le 3 octobre an susdit(1673) dans l’église de Saint Geyrac par Monsieur Redon Curé dudit lieu sous signé et a été parrain Hellies Andrieu du bourg du Bugue et marraine Louize Lacoste habitante du village de La Cotte paroisse du-dit St Geyrat  Le dit Andrieux a signé et non Ladite Lacoste pour ne savoir  de ce en quoi par moy Redon curé de St Geyrat»

Pourquoi Hélies a-t-il été baptisé à Saint Geyrac ?

On cherche alors à Saint Geyrac et on trouve ceci :

Saint Geyrac, il est  bien enregistré entre les actes de naissance du  05 septembre et du 15 octobre 1673.

«Le 3 octobre (1673) je soussigné ay baptisé Hélies Lacoste fils à Mr Antoine Lacoste juge de La Douze et à Galliotte Andrieux mariés habitant de la Gélie paroisse de Saint Félix nay le 24 septembre  ont été faits parrain et marraine  Hélies Andrieux  du bourg du Bugue et Louyse Lacoste du village de La Cotte paroisse de St Geyrat où  je fis ce baptême à  la place du Curé de Saint Félix qui est … M… … … à se  loger, dans ces lieux s’étant accouchée la dite Galliotte Andrieu à Saint Geyrac  y étant venue faire  baptiser, en foy de quoi.»

On a la clé du mystère , sa mère est venue accoucher à la Côte dans sa famille.

Voici les règles en vigueur à cette époque, les baptêmes mariages et inhumations étant enregistrés par le curé de la paroisse.

 Le curé ne doit administrer le baptême que dans l’église de sa paroisse et à ceux qui y sont nés. Il ne doit point baptiser les paroissiens d’une autre paroisse sans la permission de leur curé. Si on présente à un curé des enfants qui ne soient pas de la paroisse, il doit les renvoyer à la leur, à moins d’une nécessité pressante. S’il est dans l’obligation de baptiser, alors il doit le faire (Concile de Narbone 1609). Mais l’inscription se fait aussi sur le registre de la paroisse de naissance. Les exceptions sont justifiées par des conditions de vie particulièrement dures.

Choix des parrains et marraines

Bonnes mœurs et piété exigés

Préséance familiale

  • Le 1er enfant : parrain son grand-père paternel  et marraine sa grand-mère maternelle
  • Le 2ème enfant : parrain grand-père maternel et marraine grand-mère paternelle
  •  Puis oncles et tantes par le sang ou par alliance suivant le même droit d’aînesse
  • Puis on continue par les frères et sœurs par ordre de naissance, si la famille est très grande
  • Les cousins et les cousines.

Il se marie avec Jeanne Labrousse(…-1738)

Il est décédé le 8 janvier 1749 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne), à la Gélie à l’âge de 75 ans.

D’où : Pierre LACOSTE LAGELIE, qui suit en III.

III- Pierre Lacoste Lagélie.

Il se marie avec Marguerite Dumas (née vers 1716) fille de François Dumas (1682-1710) et de Marguerite Rafaillac (…-1736)

D’où : Martial Elie Lacoste Lagélie qui suit en IV

IV Martial Elie Lacoste Lagélie

Il est né vers vers 1735. Il est décédé le 8 octobre 1800 à Saint-Félix-de-Reilhac à l’âge de 65 ans environ.

Il se marie avec Marie Raynaud (née vers 1733 et décédée vers 1799) le 19 août 1755 à Saint Geyrac.  Elle est la fille de Joseph Raynaud Sieur de Giverzat et de la Vidalie et de Jeanne Lapouge habitant la Côte. 

D’où : Joseph LACOSTE LAGELIE qui suit en VI

V Joseph Lacoste Lagélie

Il est né le 14 avril 1759 à Saint-Félix-de-Reilhac. Il y est décédé le 3 septembre 1821 à l’âge de 62 ans.

Il se marie avec Françoise de CHAMILLAC (17651850) le 15 avril 1790 à Bergerac (Dordogne). Elle est décédée le 15 mars 1850 à Mauzens-Miremont (Dordogne)

Elle est la fille de Louis Estienne de CHAMILLAC né le 9 mars 1720 à Bergerac (Dordogne) et décédée le 30 mai 1800 à Montauban (Tarn et Garonne) Avocat en la cour, conseiller du Roi, assesseur civil et criminel, et de Marie Anne Antoinette DUMOULIN. Ils s’étaient mariés à Bordeaux (Gironde) le 31 mars 1761.

Tout comme nos Delpy de Saint Geyrac Joseph Lacoste Lagélie vit la période troublée de la Révolution française.

Il fut dénoncé, arrêté et emprisonné. Il passa devant le tribunal et fut acquitté.

Voici ce que publie la « Gazette des nouveaux tribunaux » du mois de janvier au mois de mai 1795.

«  Lacoste-Lagélie acquitté.

Un cultivateur de Saint Félix de Reilhac, district de Montignac, Lacoste-Lagélie, dénoncé et arrêté comme auteur de propos contre-révolutionnaires, paraît le 15 vendémiaire, à l’audience publique. Suspension de son procès. Il reparaît à l’audience du premier ventôse.

Le débat constate que la dénonciation est l’ouvrage d’individus, qui avaient avec Lacoste-Lagélie des démêlés d’intérêt. Plusieurs témoins rendent  un hommage éclatant à l’honnêteté, à l’humanité  et à la probité de ce citoyen.

Les jurés déclarent qu’il n’est pas constant qu’il ait été tenu à Saint-Félix-de- Reilhac, des propos tendant à l’avilissement de la représentation nationale, des autorités constituées, et au rétablissement de la royauté.

Le TRIBUNAL acquitte Lacoste-Lagélie, et lui rend sa liberté.

Jugement du 1er ventôse l’an 3. »19 février 1795

Convertisseur du calendrier républicain vers le calendrier grégorien et inversement.

 Saint-Félix de Reilhac, Chronique du chanoine Brugière

Le  27 prairial an IV (16 septembre 1796),  «l’ancien presbytère fut vendu  nationalement» à Joseph Lacoste-Lagélie.

   De son mariage naîtront :

1) Henriette LACOSTE LAGELIE

Elle est née le 9 décembre 1794 à Bergerac où son père est agriculteur. C’est lui qui déclare la naissance de sa fille en compagnie de la sage-femme Marie Arnauld.

Il signe Lagélie

  2) Marie Victorine LACOSTE LAGELIE.

Elle est née en 1797 à Bergerac (Dordogne). Elle est décédée en 1874 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne), à l’âge de 77 ans.

Elle se marie avec Guillaume Prosper SARLANDIE de LA ROBERTIE (17801846) en 1830 à Saint-Félix-De-Reilhac-Et-Mortemart (Dordogne). Guillaume Prosper a 44 ans et Marie Victorine a 33 ans.

Guillaume Prosper est chirurgien, né à Dussac (Dordogne) et domicilié à Périgueux. Sa mère n’est pas présente mais donne son consentement par une procuration rédigée chez Me Bernard Condaminas notaire à Lanouaille, procuration donnée à Guillaume Larobertie en date du 7 janvier dernier.

3) Madeleine LACOSTE LAGELIE

Elle est née le 13 juillet 1798 à Bergerac et décédée le 26 octobre 1799 au même endroit.

4) Marie Isoline LACOSTE LAGELIE

Elle est née le 24 janvier 1802 à Bergerac. Elle épousera le 6 janvier 1831 à Saint-Félix-de-Reilhac, Jean DENIS (1810-1844). Devenue veuve elle se remarie le 2 septembre 1846 avec Naillac Raymond Perrot.

  5) Claire LACOSTE LAGELIE.

Elle est née en 1805 à Bergerac (Dordogne). Elle est décédée en 1884 à Saint-Crépin-D’Auberoche (Dordogne), à l’âge de 79 ans.

Elle est la fille légitime de Joseph et de Françoise CHAMILLAC.

Elle se marie avec Pierre MARCHIER DUMAINE (‑1885) en 1834. Claire a 29 ans. Pour Pierre c’est une troisième union.

Un premier mariage donnera à Pierre une descendante Geneviève de Cézac qui épousera Pierre Brachet de Lamenuze propriétaire de La Côte.

Elections municipales de 1945

Photo mise en avant: AFP photo tirée de l’article de l’Humanité du 24 avril 2014

Après la défaite militaire de la France en juin 1940, Pétain obtient les pleins pouvoirs et suspend la IIIe république. Dès novembre 1940, il prend des mesures pour contrôler les municipalités. « Les communes de moins de 2000 habitants, si nombreuses en Dordogne, conservent leurs maires et leurs conseils, mais ceux-ci deviennent révocables au moindre écart d’obéissance » 1 . Le régime de Vichy s’écroule le 18 août 1944. Le GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française) s’installe à Paris dès le 26 août et prépare de nouvelles institutions. C’est ainsi que des élections municipales provisoires sont organisées pour cette période de transition. Il s’agit aussi de remplacer tous les élus qui se sont compromis dans la collaboration.

note 1 : information tirée de l’ouvrage collectif La Dordogne dans la seconde guerre mondiale sous la direction d’Anne-Marie Cocula et de Bernard Lachaise, Editions Fanlac

Les élus municipaux pendant la guerre ont été élus en 1935 et maintenus en 1940 avec les réserves évoquées plus haut. Voici le tableau de ces élus:

Extrait d’un compte-rendu de Conseil Municipal de Saint-Geyrac (J.Galinat)

Elections municipales des 29 avril et 13 mai 1945

D’après la loi du 5 avril 1884, les conseils municipaux comprennent 10 membres lorsque la population de la commune est inférieure à 500 habitants ; c’est le cas de Saint-Geyrac en 1945 (432 habitants recensés en 1942, 375 en 1946).

Le GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française), installé à Paris à la Libération, instaure le droit de vote et d’éligibilité des femmes.

Les femmes votent pour la première fois

A Saint-Geyrac, 269 électrices et électeurs sont appelés aux urnes; cependant, les prisonniers de guerre et les déportés ne sont pas tous rentrés à cette date.

Dès le premier tour, 10 conseillers municipaux sont élus (il n’y a donc pas de deuxième tour) :

BONNET Albert45 anscultivateurla Coquellerie
BORD Louis45 ansentrepreneur de maçonneriele bourg
CALEY Henri46 anscultivateurLeyssioutet
DUVALEIX Henri51 anscultivateurLeyssioutet
LAMEGIE Auguste51 anscultivateurla Basse-Fosse
PAGES Ferdinand50 anscultivateurLauzelie
PLAZANET Louis72 anssans professionla Haute-Fosse
REYNET Gaston37 anscultivateurLarue
RENAUDIE Théophile57 anscultivateur † 29 février 1947Sardin
SARRETTE Henri28 ansboucherla Badoulie

Lors du conseil municipal du 13 mai 1945, les conseillers élisent le maire : M. Renaudie Théophile et son adjoint :  M. Bord Louis

compte-rendu du 13 mai 1945 : élections du maire et de l’adjoint

M. Plazanet, maire de Saint-Geyrac depuis 1932 , n’a pas été réélu maire en 1945; en conséquence, il démissionne en juin de la même année.

Compte rendu du 3 juin 1945

Théophile Renaudie, élu maire en 1945, décède le 29 février 1947. A sa place, Louis Bord est élu maire de Saint-Geyrac par le conseil municipal.

compte rendu du 28 juin 1947

L’après-guerre

Photo mise en avant: tirée du site « Fondation Charles de Gaulle »

En 1944, l’action militaire des Alliés à l’ouest, comme celle de l’URSS à l’est, amorce le reflux de l’armée allemande. La Résistance intérieure y contribue fortement: Périgueux et ses environs sont libérés le 19 août 1944.

Le régime de Vichy, L’Etat Français, s’écroule le 18 août 1944; ses dirigeants fuient, Pétain le premier. Paris est libérée le 24 août 1944. Ce n’est pas la fin des restrictions, de la pénurie alimentaire, du marché noir, des difficultés matérielles de la population. L’épuration sauvage sévit et des personnes accusées de collaboration avec l’ennemi sont exécutées sans procès. La guerre n’est pas terminée et les prisonniers de guerre ne sont pas tous rentrés au pays. Qui dirige alors le pays? Est-ce le retour à la IIIe république?

Le CFLN (Comité français de la libération nationale), instance politique provisoire installée à Alger et chargée de préparer le retour à la République sort une ordonnance fondatrice le 21 avril 1944 ; article 17: « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes« .

Remplacer les responsables politiques compromis dans la collaboration avec l’ennemi et le retour à une vie démocratique rendent nécessaire l’organisation rapide d’élections municipales. Elles ont lieu, le 1e tour le 29 avril 1945, le 2e tour le 13 mai 1945 ( rappel : l’Allemagne nazie capitule le 8 mai 1945). Qui a été élu maire de Saint-Geyrac ? Pour le savoir, cliquer ici.

Non sans difficultés, non sans querelles politiques, une nouvelle constitution est approuvée par référendum le 13 octobre 1946 : c’est le début de la IVe république. Dans ce cadre, de nouvelles élections municipales sont nécessaires: elles se déroulent les 19 et 26 septembre 1947. Y a t-il des changements à Saint-Geyrac. Pour le savoir, cliquer ici.

Elections municipales de 1947

Image mise en avant : Conseil municipal 1971 Photo J Galinat. A gauche de la photo : Gaston Reynet A droite de la photo : Robert Théodore

La constitution de la IVe république a été adoptée le 13 octobre 1946. Dans ce cadre, de nouvelles élections municipales sont prévues les 19 et 26 octobre 1947. Au 31 mars 1947, 245 électrices et électeurs sont inscrits sur les listes électorales:

11 conseillers municipaux sont à élire. 2 listes se présentent à Saint-Geyrac au suffrage des électeurs.

Les deux listes en présence le 19 octobre 1947

Un profond renouvellement marque ces élections. Les femmes ont obtenu le droit d’éligibilité en 1944, mais ne sont pas très nombreuses sur les 2 listes. L’égalité hommes-femmes n’est pas encore entrée dans les mœurs à Saint-Geyrac. Cela a beaucoup changé depuis, n’est-ce pas? Voici les résultats :

Monsieur Louis Bord a été élu maire de la commune de Saint-Geyrac avec comme adjoint Monsieur Robert Théodore.

Photos J Galinat 1971

Références et BIBLIOGRAPHIE :

  Histoire du Périgord  d’Anne-Marie Cocula-Vaillières   Editions Jean-Paul Gisserot 2019

2   La Dordogne dans la Second Guerre mondiale  sous la direction d’Anne-Marie Cocula et de Bernard Lachaise   Editions Fanlac 2020