Prisonniers de guerre saintgeyracois

Le 1er septembre 1939, tous les hommes valides, âgés entre 20 ans et 48 ans, sont mobilisés au moment de la déclaration de guerre avec l’Allemagne. Au niveau national, cela représente 4 564 000 hommes1, sur une population totale de la France de 41 millions d’habitants; la moitié rejoint les unités combattantes.

La population de Saint-Geyrac, suivant le recensement de 1936, est de 437 habitants; 51 hommes correspondent aux critères de mobilisation, dont 28 sont nés à Saint-Geyrac. Les uns rejoignent les régiments précisés sur leurs fascicules militaires. Les autres, sans affectation, sont démobilisés dès octobre 1939 (blessés de la guerre 14-18, pères de familles nombreuses, classes2 1909, 1910, 1911…).

Le tableau ci-après présente des hommes mobilisés en 1939, nés à Saint-Geyrac, qui furent faits prisonniers en 1940 :

Etat-civil

nom et prénom
date et lieu de naissanceâge au 1/09/1939résidence
profession en 1939
Auzy André08/01/1902 
St Geyrac
37 ansle bourgmaréchal
Beau Auguste08/08/1901
     St Geyrac
38 ansLeyssioutetagriculteur
Beaupuy André Jean20/10/1903 
    St Geyrac
36ansla Croix-Bordièreagriculteur
Lamégie Pierre Justin19/02/1909   
St Geyrac
30 ansla Basse Fossemenuisier
Paris Lucien01/01/1913 
Vélines
26 ansécole de St Geyracinstituteur
Reynet Maxime Léo05/12/1916    
St Geyrac
23 ans militaire
Ribette Bertin21/06/1907    
St Geyrac
32 ans
Ribette Emile28/07/1914   
St Geyrac
25 ans
Ribette Jean          (Marcel)6/09/1909    
St Geyrac
30 ansla Coquellerieagriculteur 
Ribette Raymond04/12/1915    
St Geyrac
24 ans

Le 3 septembre 1939, la France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne hitlérienne.

Le 8 septembre, la France lance une offensive militaire en Sarre, province allemande voisine de la Lorraine. Dès le 30 septembre, les unités engagées se replient: c’est le début de « la drôle de guerre »; il n’y aura plus de combats jusqu’en mai 1940.

Le 10 mai 1940, la Wehrmacht, l’armée allemande, attaque et contourne la ligne Maginot3. Le 14 juin, elle est à Paris! C’est la débâcle de l’armée française: 1 600 000 soldats français sont faits prisonniers et conduits dans des camps (Stalags ou Oflags).

Le tableau ci-après, encore incomplet, liste les prisonniers saintgeyracois. Ceux-ci ne doivent pas être oubliés et méritent le respect et la reconnaissance. Vous pouvez nous faire parvenir les informations manquantes à l’adresse suivante: CIS/ maison des associations/24330 Saint-Geyrac ou à cis24association@gmail.com

Etat militaire

Au-delà de la classe 1921, les fiches militaires ne sont pas numérisées. Seule la consultation des livrets militaires permet de compléter le tableau ci-dessous. Appel est donc lancé aux familles qui auraient conservé ce document. ( mail: cis24.association@gmail.com)

nom et
prénom

classe


date
de
mobilisation
statut
militaire

fait
prisonnier le
à

lieu
de
détention
Auzy André1922caporal 2e cl
612e RP
stalag XI B
Fallensbostel
Beau Auguste192101/09/19392e classe21/06/1940 Epinal
(Vosges)
stalag XIII A
Nuremberg
Beaupuy
André Jean
19231e cl
49e train
St Florentin
(Yonne) Stalag XB
Sandbostel
Lamégie Pierre
Justin
1929sergent chef
50e RI
Melun (Seine et
Marne)
Paris Lucien1933Stalag IV A
Elsterhorst (Saxe)
Reynet
Maxime léo
1936sous-
lieutenant
Oflag IV D
Elsterhorst
Ribette Bertin192701/06/1940Stalag I A
Stablack (Prusse)
Ribette Emile19342e cl
126e RI
Stalag IV A
Elsterhorst
Ribette Jean
(Marcel)
19292e cl
220e RI
Stalag VII B
Memmingen
Ribette
Raymond
19352e cl
2e RA
Stalag VI C
Baldhorn-Emsland

Sources

Dénombrement de la population de Saint-Geyrac de 1936 – AD

Recensement militaire, archives de Saint-Geyrac

Fiches militaires – AD

Listes officielles des prisonniers français d’après les renseignements fournis par les autorités militaires allemandes – Gallica-BNF

Bibliographie

Los Embarbelats – Jean Jacques GILLOT, Francis-André BODDART, Guy-Francis LACHAPELLE DU BOIS. Impression SEPEC Numérique

Résistants du Périgord – Jean-Jacques GILLOT, Michel MAUREAU. Edition du SudOuest

La Dordogne dans la Seconde Guerre mondiale – sous la direction d’Anne-Marie Cocula et de Bernard Lachaise. Editions Fanlac

Notes:

1 Ce chiffre est tiré de l’ouvrage la Dordogne dans la seconde guerre mondiale sous la direction d’Anne-Marie Cocula et de Bernard Lachaise, Editions Fanlac

2 La classe militaire est l’année où le conscrit a 20 ans. 3 La ligne Maginot est l’ensemble des fortifications construites entre 1927 et 1936 près de la frontière avec l’Allemagne.

Autres notes: un Stalag est un camp de prisonniers en Allemagne; un Oflag est un camp de prisonniers réservés aux officiers.

Une réflexion sur “Prisonniers de guerre saintgeyracois

  1. Ping : Prisonniers de guerre – Saint-Geyrac en Périgord !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s