Sancholle-Henraux

        Partons de l’Histoire de France.

En 1805 Napoléon avait nommé sa sœur Elisa Bonaparte Bacciochi Princesse de Lucques. En 1806 Carrare fut rattaché à ses possessions. En 1809 Elisa devint Grande Duchesse de Toscane jusqu’en 1814. C’est elle qui donna son essor à Carrare, elle y établit une académie des Beaux-Arts destinée à accueillir les plus grands sculpteurs, et elle fit de Carrare un exportateur de marbres excellents.

Jean Baptiste Alexandre Henraux    

        Jean Baptiste Alexandre Henraux est né à Sedan en 1775,  de Jean Baptiste Henraux et de Catherine Jacquillon. Sa fratrie se compose d’une sœur et d’un frère Jean Baptiste Xavier °1778 à Sedan.

Il servit dans l’armée de Napoléon et apprécia particulièrement l’Italie.

Négociant à Paris, on lui proposa de superviser l’achat des marbres blancs de carrare pour les monuments français dès 1801. Il n’hésita pas.

C’est ainsi qu’il fut reçu à la cour de la Grande Duchesse.

Paul Marmottant, dans son livre « Les arts en Toscane sous Napoléon, la Princesse Elisa », nous permet d’en savoir plus sur ce personnage et ses démêlés avec l’entourage proche d’Elisa et de Napoléon, notamment avec   Hector Sonolet « un Français au demeurant très honnête homme, mais très défiant, très formaliste et susceptible, surtout très dévoué à la Princesse« . H Sonolet  soupçonnait J B A Henraux d’être malhonnête.  Il semblerait que par jalousie, il voulut lui faire enlever le transport des marbres d’ Avenza à Paris.

La triste fin de l’Empire arrangea- t-elle la situation de J B A Henraux ?

Toujours est-il qu’il conserva ses fonctions de commissaire pour l’acquisition et le transport des marbres sous Louis XVIII (Roi de France du 06/06/ 1814  au 20/03/1815 puis du 08/07/1815 au †16/09/1824). C’est lui qui envoya à Paris les blocs nécessaires pour les statues élevées à cette époque.

Associé avec Marco Borrini, Jean Baptiste Alexandre Henraux, ayant acquis une certaine fortune, signe avec lui en 1821, un contrat créant « la Société Borrini-Henraux » pour l’exploitation des marbres de Carrare du « Monte Altissimo ». Il se fixa à Séravezza

Le Monte Altissimo

Extrait de l’Album de▶▶▶ Salomon Counis offert à Jean Bernard Sancholle-Henraux -Archives privées

La montagne dite « Il bambini di Michelangelo »

Extrait de l’Album de Salomon Counis offert à Jean Bernard Sancholle-Henraux

Des deux hommes, seul Henraux tira les marrons du feu car la vie dépensière que mena Borrini le conduisit à la ruine.

En 1839, resté célibataire, il fait de son neveu Jean Bernard Sancholle, fils de sa sœur Anne Narcisse et de Jean Antoine Sancholle, né le 25 mars 1814 à Caujac (Haute Garonne), ingénieur civil, son légataire universel. Il  devient alors Jean-Bernard Sancholle Henraux. L’acte de naissance fourni par la ville de Caujac, Haute-Garonne, ne porte pas la mention marginale d’adoption précisée dans son acte de décès.

Napoléon avait chassé les souverains légitimes du Grand-Duché au profit de sa sœur. Le Grand-duché  renaît avec Léopold II (1797-1870) de la maison des Habsbourg Lorraine. Il y eut une vague d’anoblissements pour récompenser les personnes qui avaient  favorisé la réussite économique de la Toscane. C’est ainsi que J B A Henraux fut anobli à titre héréditaire,  le 17 juillet 1842 « pour avoir étendu l’industrie du marbre, pour le plus grand bien de la Toscane. »

Jean Baptiste Alexandre mourut le 26 avril 1843. Il est enterré à Seravezza dans la chapelle Henraux du Duomo, où on peut voir son buste en marbre blanc .

Dans les dernières pages de son livre « Les arts en Toscane sous Napoléon. La Princesse Elisa » Paul Marmottan ajoute une notte sur J B A Henraux, la voici.

Jean Bernard Sancholle-Henraux

            Jean Bernard constitua la société « Bernardo Sancholle Henraux et Compagnie » avec le soutien d’un financier français.

 En 1844 il obtient l’adjudication des marbres du tombeau de Napoléon qui sera terminé en 1861.

  Dans le « bulletin de l’alliance des arts » de 1844 dans « nouvelles et faits divers «  p165, on peut lire : 

« L’adjudication de la fourniture de tous les marbres nécessaires pour le tombeau de l’Empereur Napoléon a eu lieu au Ministère de l’intérieur en présence de la commission instituée à cet effet, et présidée par Monsieur Passy sous-secrétaire d’Etat. La soumission de monsieur Sancholle-Henraux a été acceptée. Monsieur Sancholle-Henraux possède de belles carrières de marbre d‘ Italie, et depuis plus de 20 ans la fourniture des marbres des gouvernements lui est pour ainsi dire inféodée, nous aurions voulu que les marbres des Pyrénées fussent employés, du moins en concurrence avec ceux de Carrare, pour le tombeau de l’Empereur. Répétons le gouvernement doit encourager l’exploitation des carrières de marbre que possède la France, il y aurait là économie et intérêt national. »

Elisa Counis fit son portrait à la mine de plomb en 1844.

  Le 27/01/1847 à Paris, il épouse Marie LENFUME de LIGNIERES         

Il partagea son temps entre Seravezza et le château de la Chute à Chanceaux sur Choisille en Indre et Loire. Sur les transcriptions d’actes de naissance de ses petits enfants, Marguerite, Lucien, Albert ,on peut lire qu’il est, Maire de la Commune, Chevalier de la Légion d’Honneur (ndlr décret du 12/08/1853), de Saint-Maurice et de Saint-Lazare d’Italie (17 février 1855). Pour la transcription de Maxime il n’est plus Maire ; il est décédé.

Transcriptions d’actes de naissance, pourquoi? Les petits enfants sont nés en Italie.  

I      

Château de la Chute à Chanceaux sur Choisille

            En 1846 la société devint « Société du Mont Altissimo », elle prospéra et Jean Bernard devint l’unique propriétaire. Il acheta la carrière Versilia et tout le Mont  Altissimo, là où Michel -Ange avait découvert en 1517 un vaste gisement de marbre destiné à la statuaire.

            Jean Bernard introduisit les innovations technologiques les plus pointues, permettant ainsi une augmentation considérable de la production. Le 28 avril 1881 Jean Bernard meurt à Florence. Il sera inhumé le 18 juin 1881 dans sa ville de naissance en Haute Garonne. Ses enfants Roger et Marguerite (mariée à Lucien Delattre) prennent la tête de la société qui devient « Héritiers Sancholle Henraux ».

 Héritiers Sancholle-Henraux

Roger (X Maria del Carme PLACCI) se partagera entre le Château de la Chute, Seravezza et  la via Magenta à Florence. On trouve également Marguerite et son mari à Chanceaux sur Choisille, à Seravezza et à Paris.

Le couple Roger et Maria Sancholle Henraux aura 5 enfants

Jean Bernard 1874/1931 à Chanceaux sur Choisille (Indre et Loire),dont on reparlera

Marguerite °14/03/1876 à Florence (Italie)

Lucien °21/10/1877 à Florence (Italie)

industriel et collectionneur, passionné d’automobile, peintre

† 1926 Le Perreux sur Marne

X 20 avril 1914 à Florence (Italie) avec Elisabetta de PICCOLELLIS

Ils auront deux enfants Nicole °1919 et Jean Louis °1920

Albert °12 juin 1881 à Seravezza (Italie) dont on reparlera

Max Ruggiero °18 janvier 1886 à Seravezza (Italie)

                       Roger meurt le 17/07/ 1890 à l’âge de 38 ans, son faire-part de décès indique  qu’ « après la cérémonie religieuse, son corps sera déposé dans les caveaux de l’église pour être transporté à Florence. ». Il laisse la gestion de la société à ses fils dont Jean-Bernard, qui deviendra en 1897 le premier époux de Marie Mouillesaux de Bernières.

C’est Lucien Delattre ( leur oncle) qui assure la direction, les enfants étant trop jeunes ( entre 16 et 4 ans).

Jean-Bernard Sancholle-Henraux époux de M N C H Mouillesaux de Bernières

A la mort de Lucien Delattre, la direction passe à Jean-Bernard qui suit les traces de son grand-père, apportant des améliorations considérables. La gestion familiale est maintenue jusqu’en 1921 puis tout se dégrada petit à petit.

          Jean Bernard est l’auteur d’un livre « Les Marbres, pierres, grés, granits de France » édité chez Henri Allez à Cambrais (L’art et les artistes n°85 de 1928).

            Jean-Bernard meurt le 29 mai 1931.

            Les Sancholle-Henraux restants se retirent et la société devient en 1936 « Société des Marbres Italiens Henraux » puis en 1940 « Société des Marbres Italiens ».

            En 1945 elle prit le nom de « Société Anonyme Sancholle Henraux », société par actions, au capital italien dirigée par les frères Cidonio.

Le célèbre magazine GEO dans son n°11 de janvier 1980, de la page 34 à la page55 présente un article intitulé « Carrare, Michel-Ange & Co ». Je vous conseille de le lire…..

Le jeudi 19 août à 7h05 sur ARTE, GEO reportage a présenté : « Toscane les carrières de marbre ». Guettez la rediffusion!!!!

Albert Sancholle-Henraux un des « Monuments Men »

X 21 janvier 1921 Paris 75008 avec Rosalie Renée Marie Marthe Louise  SANCHEZ TOLEDO 1886/1955

XX 26 août 1947 Paris 75016 avec Julie Louise Marie DELAROCHE-VERNET

† 11 décembre 1953 Chanceaux sur Choisille, 37390.

Après avoir participé à la guerre de 1914/1918, il fait carrière dans les musées.

          Diplômé de l’école des sciences politiques et célèbre amateur d’art il devient Président de la Société des Amis du Louvre de 1932 à 1953 et  président du Conseil artistique de la Réunion des Musées Nationaux. De novembre 1944 à décembre1949 il a présidé la commission de récupération artistique chargée de rapatrier en France les œuvres d’art, objets d’art et objets précieux, livres, archives et manuscrits spoliés et sortis du territoire par les allemands durant l’occupation autrement dit, il est un membre important des « Monuments Men ». Il travaillera  avec Jacques Jaujard et Rose Vallant dont  il fut le supérieur hiérarchique.

La « Fondation Munuments Men » nous explique le rôle considérable qu’il a eu pendant la seconde guerre mondiale :

« En 1944 Henraux est élu président de la récupération artistique, le groupe le plus responsable des enquêtes sur les œuvres d’art volées en France par les nazis. Dans le cadre de ses fonctions Henraux a supervisé les activités des agents de restitution français travaillant sans relâche en Allemagne pour localiser, identifier et organiser le retour en France de dizaines de milliers d’objets d’art français. Henraux et la Commission ont sélectionné certains des chercheurs et conservateurs d’art les plus motivés pour cette tâche, y compris Rose Vallland et Hubert de Brye, officiers des Monuments. Henraux a ensuite occupé le poste de directeur du Point de collecte d’Art recevant au Jeu de Paume à Paris, le centre de traitement de tous les objets restitués par les points de collecte MFAA en Allemagne »

C’et lui qui organisa la première exposition de quelques chefs d’œuvre retrouvés, à l’Orangerie des Tuileries de juin à août 1946.

J’ai pu trouver un exemplaire du catalogue et voici le texte de présentation écrit par Albert Sancholle-Henraux.

Archives J Galinat

Albert Sancholle Henraux devint après la guerre conservateur du Musée Condé de Chantilly et président du Conseil des arts des Musées nationaux. Il mourut en 1953.

Les frères  Sancholle Henraux et leurs épouses fréquentèrent Marcel Proust et rencontrèrent les impressionnistes à la galerie  Durand- Ruel.

Image mise en avant tirée de https://blog.francetvinfo.fr/: Le marbre, l’or de Carrare par Alban Mikoczy 

Une réflexion sur “Sancholle-Henraux

  1. Ping : Gaillard Lacombe – Saint-Geyrac en Périgord !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s